IMPERMÉABILITÉ DES FAÇADES

En présence de micro-fissures, fissures, décollements ponctuels d'enduit ou infiltrations, les revêtements techniques souples régis par la norme NF EN 1062-1 sont les seuls procédés offrant de réelles garanties d'imperméabilité et de tenue à la fissuration.

 

Selon l'importance des désordres rencontrés, une technique de classe I1, I2, I3 ou I4 sera préconisée. Cette dernière prévoit l'incorporation d'une armature en fibre de verre dans la sous-couche pour des fissures pouvant aller jusqu'à 2 mm d'amplitude. L'aspect final après travaux est celui d'un enduit traditionnel.

 

Ces procédés bénéficient d'une garantie décennale d'imperméabilité et de résistance à la fissuration sous réserve que soient respectées les règles de mise en oeuvre et la préparation des supports.

ETAPE 1

Décapage des anciens revêtements organiques d’épaisseur supérieure à 300 microns (comme le prévoit la norme NF P 84-404) suivi d’un lavage soigné,  afin d’obtenir un support propre et sain

ETAPE 2

Application de la couche d’impression des fonds, déterminée en fonction de la nature et de l’état du support. Les fissures isolées, supérieures à 5/10ème de mm, seront préalablement obturées

ETAPE 3

Marouflage de l’armature tissée dans la sous-couche technique (résine souple destinée à assurer l’imperméabilité du support). Après séchage, une deuxième passe permet d’assurer un bon recouvrement de l’armature

ETAPE 4

Après séchage, une deuxième passe permet d’assurer un bon recouvrement de l’armature

ETAPE 5

L’enduit de finition décoratif (chargé à 2.5 kg minimum) est disponible dans de nombreux coloris. L’ensemble du procédé garde toute sa souplesse dans le temps garantissant une tenue  à la fissuration jusqu’à 20/10ème de mm

MISE EN OEUVRE

DU REVÊTEMENT D'IMPERMÉABILITÉ ARMÉ

NOS RÉALISATIONS

1/9